Prison d’Antsirabe

 

Résumé

La prison, construite par les français pour accueillir 300 détenus, en compte actuellement régulièrement plus de 900. Les conditions d’incarcération sont très précaires et les aides de l’état très rares. Le système carcéral est donc dans un état de déliquescence très grand. Différentes ONG interviennent dans le cadre de la prison pour apporter leur aide aux détenus. La Fondation Avenir Madagascar collabore avec les Petites Sœurs de l’Evangile de Charles de Foucault dans le cadre de la prison. Une aide matérielle est régulièrement apportée par la Fondation Avenir Madagascar, sur demande des sœurs.

 

Historique et contexte

La grande majorité de la population malgache vit dans le dénuement et la pauvreté. Les conditions carcérales sont littéralement inhumaines pour les détenus des prisons malgaches : ils végètent dans la promiscuité, l’abandon, l’oisiveté, la sous-alimentation, la vermine et les maladies infectieuses. Leur situation serait tout à fait insoutenable si des organisations humanitaires et des congrégations religieuses ne s’occupaient pas d’eux. Hélas, les prisons sont aussi devenues un terrain de prédilection pour les prosélytes de sectes omniprésentes.

A Antsirabe, deuxième ville en importance économique de la Grande Île, la prison compte plus de 900 détenus de tous âges, y compris des jeunes de 16 à 18 ans. A ce chiffre s’ajoute une bonne cinquantaine de femmes enfermées dans un espace minuscule et dont certaines sont enceintes ou allaitent des bébés rachitiques nés en prison.

Les trois quarts des détenus sont en attente de jugement. Certains sont en préventive pendant des années pour des délits mineurs. Pour le cambriolage d’une maison, le vol d’une poule ou une bagarre en état d’ébriété, certains font jusqu’à 5 ans, voire davantage dans cet enfer, sans même avoir été condamnés.

 

Réalisations

L’aide de la FAM à la prison d’Antsirabe a débuté en 1998. Elle est subsidiaire à l’État malgache et toujours en collaboration avec les Petites Sœurs de l’Evangile. Elle touche la rénovation des infrastructures de la prison : les cuisines, les sanitaires, les égouts et des aides scolaires.

En ce qui concerne les projets d’aide aux prisonniers aujourd’hui, ils visent notamment :

  • la poursuite de l’aide ponctuelle par des apports de nourriture et de médicaments
  • la désinfection régulière des dortoirs
  • l’assainissement des égouts

Toutes ces aides se font à la demande des Petites Sœurs de l’Évangile.

 

Développements à venir

Poursuite des aides actuelles, pas de nouveau développement prévu dans l’immédiat.