ESSVA


Résumé

L’Ecole Supérieure Spécialisée du Vakinankaratra (ESSVA) dont le siège est à Antisrabe est une université professionnelle reconnue par l’état malgache et répondant aux besoins de l’économie en matière de techniciens. Elle accueille près de 1000 étudiants pour des formations de niveau bachelor, en trois ans. Six formations différentes sont proposées : communication et journalisme, gestion et management, enseignement, électromécanique, hôtellerie et restauration et éco-tourisme. Chaque année, plus d’une centaine de nouveaux diplômés sont engagés par des institutions ou des entreprises de toute l’île.

Depuis 2017, elle a ouvert un master en développement durable dans le cadre de ses cours ordinaires qui compte une vingtaine d’étudiants dans sa première volée.

La Fondation Avenir Madagascar assure depuis 1999 une aide matérielle et financière pour le développement de l’école et la prise en charge des écolages des étudiants les plus pauvres.


Historique et contexte

L’ESSVA (École Supérieure Spécialisée du Vakinankaratra), a été créée en 1999 à l’initiative de José Ribeaud, journaliste suisse et fondateur de la Fondation Avenir Madagascar et l’Evêque du diocèse d’Antsirabe Mgr Félix Ramananarivo. Cette école œuvre pour la formation et l’insertion professionnelle des jeunes dans les métiers porteurs d’emplois et nécessaires aux besoins spécifiques du pays.

Lors des séjours de José Ribeaud, président d’honneur de la Fondation, pour le développement de Radio Haja, le projet d’une école professionnelle paraît primordial face à la demande pressante de formation des jeunes de la région. Sur un terrain donné par Mgr Félix et avec les fonds récoltés par José Ribeaud en Suisse, deux bâtiments à un étage sont construits à fin décembre 1999, suivis de quatre bâtiments en rez-de-chaussée, pour accueillir d’abord les filières « Communication » et « Ecotourisme », puis « Sciences et techniques de l’éducation » et « Gestion et Management ». En 2006 deux nouveaux bâtiments sont érigés pour la filière « Hôtellerie et restauration » avec la collaboration d’EHS-SMILE (association des étudiants de l’École hôtelière de Lausanne) et la filière « Electromécanique » grâce au soutien du CPNV (Centre professionnel du Nord-vaudois). Une nouvelle halle-atelier accueille les machines révisées par les étudiants et professeurs du CPNV.


Réalisations

Si les premiers bâtiments ont été construits avec l’aide de « Nouvelle Planète » et ses camps d’aînés, l’aménagement du campus de l’école a été complété par la Fondation, entre 2007 et 2018, avec :

  •  construction de l’enceinte du campus
  •  construction de la maison du gardien
  •  construction du Masoandro, hôtel-restaurant d’application, avec l’aide de HE-SMILE, association des étudiants de l’Ecole Hôtelière de Lausanne
  •  aménagement de tout l’espace vert : nivellement du terrain, pelouses, plantes, terrain de football et terrain de basket
  •  construction de l’atelier électromécanique, avec l’ONG espagnole Manos Unidas
  •  creusage d’un puits et construction d’un château d’eau
  •  achat et installation de six chauffe-eaux solaires
  •  achat et renouvellement de matériel informatique, didactique et technique
  •  réhabilitation et agrandissement de bâtiments pour accueillir la formation de degré Master
  •  construction de blocs sanitaires alimentés par un nouveau puits.

Quelques témoignages peuvent être consultés ici : témoignages de Madagascar… et de Suisse


Développements à venir

Dans les années prochaines, il est prévu de construire une halle polyvalente sur le site de l’ESSVA. La halle pourra servir de gymnase durant la période des pluies et de salle de spectacles ou de réunion pour les manifestations organisées par l’école. Ce projet est suspendu à un financement particulier.

La recherche de financement pour l’octroi de bourses devra encore être intensifiée afin de permettre la formation de plus de jeunes issus des couches défavorisées de la population malgache. Notre objectif est de permettre à davantage de jeunes en possession d’un bac, mais en conditions trop précaires pour s’acquitter de l’écolage, de bénéficier de bourses afin d’acquérir les compétences professionnelles et participer au développement durable de leur pays.

Le maintien des infrastructures existantes et l’autonomisation toujours plus grande de l’institution sont nos autres priorités pour les prochaines années, notamment par la rénovation du réseau informatique.